Le langage commun de la Performance

2 février 2017 - Le benchmark Frais excelle et s'agrandit

Les industriels du Frais se sont réunis le 2 février 2017 à Paris pour échanger sur le bilan des performances 2016.

L'analyse des 7 indicateurs phares a montré de nouvelles progressions pour la profession qui affiche un taux de service client de 98,8% pour plus de 200 millions de colis livrés sur les plates-formes de la GMS :

1. Taux de service client (rendu plate-forme)
2. Taux de litige transport
3. Taux de fiabilité des prévisions de vente
4. Taux de pénalités clients
5. Taux de pénalités clients acquittées
6. Taux de dégagement
7. Volumétrie

Ces indicateurs ont été définis par les Supply Chain Managers des métiers du Frais qui mesurent ainsi leurs performances logistiques sur la base de gabarits communs. Les données sont intégrées dans le portail Supply Chain Meter qui les compile et calcule les benchmarks pour permettre à chacun de situer ses performances par rapport aux moyennes du secteur.



Pour déterminer le niveau de tension des flux et le degré de fractionnement des palettes expédiées sur les bases clients, 3 mesures complémentaires ont été définies par le groupe de travail :

- Taux de points de livraison en A/A, A/B, A/C
- Taux de palettes hétérogènes
- Nb moyen de palettes / pal.sol hétérogène

Ce benchmark est en service depuis 2011. Aujourd'hui, il est partagé par 17 fabricants de produits frais.


16 février 2015 - Supply Chain Meter fête ses 5 ans

Depuis 2008, Supply Chain Masters, en collaboration avec différentes filières industrielles, a standardisé la définition et les modes de calcul de +400 indicateurs sur tous les maillons de la Supply Chain. C'est le langage commun de la performance accessible dans la librairie Supply Chain Meter.

Depuis 2011, un portail de benchmarking sécurisé permet à plus de 50 entreprises de comparer leurs performances logistiques dans leur propre secteur d'activité (produits d'épicerie sèche, produits frais, produits surgelés, glaces, vin, amont agricole). +50 indicateurs-clés sous forme de gabarits prêts-à-l'emploi ont été définis.

Les avantages de participer au benchmark de votre secteur d'activité sont :

Pour les débutants :

- Mettre le pied à l'étrier de la performance logistique en commençant par mettre en place 2 ou 3 indicateurs essentiels ;
- Saisir l'opportunité d'utiliser les indicateurs standard reconnus par la profession pour se situer par rapport aux meilleurs en toute confidentialité (cloisonnement des comptes ; aucune communication de donnée nominative dans les restitutions) ;
- Utiliser les résultats comme source d'émulation en interne ;
- Utiliser les résultats lors des négociations avec les transporteurs et les clients ;
- Mettre en avant votre participation au benchmark lors des audits de type ISO, IFS, etc.

Pour les confirmés :

- Utiliser le benchmark comme la référence du secteur à des fins de comparaison externe, d'audit interne, d'amélioration continue et de négociation avec les transporteurs et les clients ;
- Aller plus loin en explorant des indicateurs originaux tels que le taux de démarque de livraison, le taux de pénalités clients, le taux de pénalités clients acquittées, la couverture de stock, etc. pour mieux appréhender certains phénomènes.

En 2015, pour ses 5 ans, Supply Chain Meter lance une campagne de recrutement national avec pour objectif de doubler le nombre de participants dans chaque secteur d'activité.

Pour une découverte de l'outil, n'hésitez pas à nous contacter. Nous sommes à votre disposition pour l'organisation d'une démonstration à distance ou en vos locaux de ce service unique en France tourné vers la compétitivité (anticipation de la demande, fiabilité et efficience logistique).


7 avril 2014 - Les coopératives se benchmarkent

Supply Chain Meter, portail de benchmarking des performances logistiques, remonte la Supply Chain vers l'amont agricole en proposant ses services à Coop de France.

Après l'industrie agroalimentaire (épicerie sèche, produits frais, surgelés, glaces, vin), les coopératives agricoles souhaitent mesurer la qualité de leurs flux et en améliorer la maîtrise par l'adoption d'un jeu d'indicateurs communs jusque-là peu répandus.

Selon Kristell ROUGé, chef de projet chez Services Coop de France : "Beaucoup d'économies potentielles résident dans l'optimisation des collectes de céréales, la rotation des stocks, la fiabilisation des flux. Après avoir défini un jeu d'indicateurs pertinents avec nos adhérents et Supply Chain Meter, nous offrons à toutes les coopératives la possibilité de se comparer les unes aux autres et d'améliorer la gestion de leurs actifs".

Et Florent VARIN, directeur opérationnel chez Services Coop de France, d'ajouter que : "les enjeux sont colossaux quand on connaît l'importance des budgets consacrés à la logistique lors des campagnes de moisson ainsi qu'au jour le jour pour répondre à la demande d'agrofournitures de plusieurs milliers d'adhérents sur toute la France".

Pour sa part, Thierry Jouenne, directeur de Supply Chain Meter, indique que cette demande a été aussi inattendue que rapide à mettre en œuvre : "Moins de 4 mois se sont écoulés entre les premiers contacts, la définition concertée des indicateurs-clés et leur mise en production". Compte-tenu des attentes fortes du secteur, un espace de délégation a même été aménagé pour permettre à Services Coop de France de piloter les benchmarks en toute autonomie dans tous les domaines d'activité de Coop de France.




15 juillet 2011 - Portail de benchmarking en ligne

Avec l’arrivée du Frais en juillet 2011, 25 entreprises de l'agroalimentaire réparties dans 3 secteurs d'activité (glaces, surgelés, frais) se donnent désormais rendez-vous tous les trimestres pour se benchmarker autour de 6 à 10 d’indicateurs différents par secteur.

« Pour faire face à l’arrivée de nouveaux participants et à la création de nouveaux benchmarks sectoriels dans le vin, l’aéronautique, l’entreposage, etc., il devenait urgent d’automatiser la production des benchmarks », confie Thierry JOUENNE, directeur technique de Supply Chain Meter. En effet, même si les formules de calcul restent simples, le contrôle, la consolidation et la mise en forme des données et des graphiques sont des activités très chronophages.

Soucieux de la performance du système de benchmarking, Christian MILLET a souhaité le développement d’un outil de calcul automatique des benchmarks. C’est désormais chose faite avec la mise en ligne du premier portail de benchmarking sur le site www.supplychain-meter.com.

Celui-ci est exclusivement réservé aux entreprises membres des benchmarks qui trouvent ici un outil convivial et facile d’accès affichant immédiatement leurs performances par rapport à la moyenne du secteur dans le respect des règles de confidentialité.

Comme le montrent les graphiques, plusieurs vues permettent d’afficher les performances par trimestre ou sur l’année en cours avec des possibilités d’export des données moyennes et mini/maxi du secteur via Excel pour chaque indicateur.


Cet outil a été développé par la société Spontané_IT que nous remercions pour la fiabilité, la robustesse et la rapidité d'exécution des mécanismes et des interfaces mis à disposition.



16 février 2011 - Nouveaux outils, nouveaux services

Un an après son lancement, Supply Chain Meter poursuit son développement. Parti avec une batterie de plus de 400 indicateurs accessibles via une interface web, le référentiel entame sa deuxième phase de déploiement avec les benchmarks sectoriels aujourd'hui utilisés par les industriels des glaces, des surgelés et du frais. D'autres secteurs sont sur les rangs tels que le vin, les prestataires logistiques et l'aéronautique.

« Pour la première fois, les mesures effectuées reflètent la performance véritable des chaînes logistiques. Nous mesurons les délais en heures, les taux de service client, la fiabilité des prévisions de vente ou le taux de litige transport au dixième de point près, car la performance se mesure désormais en fraction d'unité à l'heure du flux tendu », explique Thierry Jouenne, animateur de Supply Chain Meter.

Pour Christian Millet, co-animateur de l'opération, les entreprises doivent être accompagnées dans l'apprentissage de la mesure des performances, qu'elles soient petites, moyennes ou grandes. « C'est pourquoi nous cherchons à aller plus loin en proposant des outils prêts-à-l'emploi tels que les gabarits Excel, les tableaux de bord ainsi qu'une formation qui prépare à la fonction de Supply Chain Controller », résume-t-il.

En effet, le métier ne s’invente pas et demande de la méthode et des outils pour opérer ! Mais n’est-ce pas le prix de la performance ?



28 septembre 2010 - Montée en puissance de Supply Chain Meter

Sept mois après son démarrage, Supply Chain Meter compte aujourd’hui 45 entreprises membres parmi lesquels on recense de nombreux industriels, des prestataires logistiques, des cabinets de conseil, des éditeurs de logiciel et des universités.

La masse critique étant atteinte, de nouveaux services vont être lancés à commencer par l’aide à la sélection des indicateurs clés, la diffusion prochaine d’un guide opérationnel « Comment mesurer mes performances éco-logistiques ? » et le développement de benchmarks sectoriels.

Les benchmarks font l'objet d'un intérêt croissant de la part des entreprises. D’ailleurs, pas moins de six nouveaux indicateurs communs viennent d'être définis par la Commission logistique des secteurs Glaces et Surgelés.  Il s’agit de :

  • Taux de fiabilité des prévisions de vente
  • Délai de commande-livraison
  • Fréquence de livraison
  • Taux de litige transport
  • Taux palettes hétérogènes
  • Taux de retour palettes

Le choix de ces nouveaux indicateurs a été motivé par le besoin d’anticiper et de mesurer l’évolution des schémas directeurs logistiques des clients sous la pression du flux tendu.

Dûment définis et munis de gabarits prêts-à-l’emploi, ces indicateurs sont aujourd’hui disponibles et transposables à d’autres filières.

Pour lancer vos propres benchmarks sectoriels, n’hésitez pas à nous contacter !


12 février 2010 - Démarrage de Supply Chain Meter

Le lancement officiel de Supply Chain Meter a mobilisé plus de 180 personnes au Goethe Institut !

Avec les témoignages d’un panel d’industriels (Boncolac, Bonny, Daregal, Délifrance, Nestlé Grand Froid), d'un distributeur (Groupe Casino), d'un prestataire logistique (STEF-TFE), d'éditeurs de logiciel (Generix Group, Planipe), de représentants d'associations (Aslog, GS1 France) et du CNAM Paris, et animé par Jean-Philippe Guillaume, cet événement attendu a eu pour objet de présenter l’initiative Supply Chain Meter ainsi que ses nombreuses applications et potentialités au service des acteurs de la supply chain.

Retenons tout d’abord l’accueil unanime des professionnels de la Supply Chain en faveur d’un langage commun de la performance arrivant à point nommé pour aider les entreprises et les territoires à mieux comprendre le rôle fondamental de la logistique au service de la compétitivité et du développement durable.

Par la mise en œuvre d’indicateurs communs dans les organisations et aux interfaces entre les maillons de la chaîne de valeur, la vision d’une supply chain maîtrisée au service du client final devient possible.

Certes, toutes les entreprises n’ont pas la même maturité logistique et beaucoup de progrès restent à accomplir sur la voie de l’excellence. Mais le succès rencontré par Supply Chain Meter montre que nous entrons déjà dans une phase nouvelle : celle de la culture de la mesure de la performance.

L’approche de la performance définie ici n’est pas celle des défis sportifs où seule la victoire sur les autres compte, mais celle de l’ensemble des acteurs de la chaîne où la collaboration win-win est indispensable pour atteindre les meilleurs résultats.

Ne s’arrêtant pas à la seule définition des indicateurs de performance, Supply Chain Meter a dévoilé les prochaines étapes de son plan d’action :
  • Développer et multiplier les benchmarks dans les secteurs d’activité comme véritable dynamique de progrès vers l’excellence industrielle et logistique.
  • Former les directions générales et opérationnelles à la mise en œuvre des outils de pilotage de la performance – de la stratégie au tableau de bord Supply Chain.
  • Valoriser les standards de performance auprès des cabinets de conseil, des éditeurs de logiciel, des prestataires de service ainsi que des écoles d’ingénieurs et de commerce, des universités et de la recherche en Sciences de Gestion.
  • Ouvrir l’accès aux groupes de travail à tous les professionnels de la supply chain souhaitant se joindre au processus de définition et d’expérimentation des indicateurs.
  • Collaborer avec les organismes professionnels cherchant à définir des indicateurs métiers.
Toute l’équipe de Supply Chain Meter remercie chaleureusement l’auditoire pour sa présence nombreuse, les intervenants aux tables rondes pour leurs témoignages et les partenaires Generix Group, Möbius, Planipe et Supply Chain Magazine pour leur contribution à la réussite du coup d’envoi.

… et espère vous accueillir prochainement comme futurs utilisateurs des standards de la performance.


15 janvier 2010 - Mise en ligne de Supply Chain Meter

Au terme de 18 mois de travaux menés par la Commission logistique des Syndicats des Surgelés et des Fabricants et Industriels de Glaces sous l'impulsion de Thierry Jouenne, professeur associé au CNAM Paris, Supply Chain Meter® vient de mettre en ligne le référentiel éponyme dédié à la mesure des performances de la chaîne logistique.

Ce référentiel répond au besoin de parler le même langage et d’utiliser les mêmes indicateurs à tous les maillons de la supply chain afin d’en améliorer ensemble les performances jusqu’au client final. Il s’applique à tous les secteurs des produits de grande consommation (PGC), des produits d’équipement, aux secteurs de l’électronique, de la plasturgie, de la mécanique ou encore de la santé. Comme le précise Christian Millet, secrétaire général des deux syndicats SDS et SFIG : "Dès le départ, nous avons pris l’option de réaliser un outil universel couvrant les besoins de pilotage de tous les intervenants de la chaîne logistique dans tous les domaines d’activité. Notre deuxième exigence a été de rendre cet outil opérationnel et simple d’utilisation afin d’en favoriser l’accès et la mise en œuvre dans toutes les petites, moyennes et grandes entreprises".

Pour sa réalisation, de nombreux défis ont été relevés à commencer par un important travail de clarification et d’analyse des concepts de performance. Les indicateurs dans la chaîne de valeur se comptent par centaines. "Or des hiérarchies existent, ils n’ont pas tous le même rôle", souligne Thierry Jouenne et d’ajouter : "D’abord aveuglés par la diversité et la complexité des indicateurs, nous avons entrepris de les recenser et de les classifier méthodiquement avant d’arriver à une meilleure lecture de leurs fonctionnalités. C’est ainsi que nous avons identifié quatre grands leviers de performance le long desquels tous les indicateurs se répartissent et interagissent : la fiabilité, l’efficience, la réactivité et le respect de l’environnement".

Une fois la phase de segmentation terminée, la suite du projet a consisté à concevoir le grand "mécano" de la supply chain capable d’associer un nombre défini d’indicateurs par maillon et par fonction de la chaîne logistique allant du fournisseur au client final sans oublier les acteurs du e-commerce pour lesquels la logistique joue un rôle fondamental. C’est le deuxième défi qu'Olivier Carpentier (Spontané_IT), développeur du site, a relevé avec brio en réussissant à matérialiser la supply chain et ses nombreuses interfaces sous la forme d’une chaîne de performance dynamique et interactive où les indicateurs s’affichent par point de regroupement.

Le troisième défi a consisté à définir une structure standard de définition des indicateurs où description, formule, données de calcul, unités de mesure, périodicité de mesure, facteurs influents, plans d’action, gabarits Excel prêts à l’emploi et autres pièces connexes soient facilement accessibles et téléchargeables.

Enfin, le quatrième défi a été le vaste travail de recherche, de confrontation et de rédaction de quelque 400 indicateurs à travers une littérature abondante et de nombreux témoignages auprès de différents experts de la supply chain au niveau des métiers de l’industrie, de l’entreposage, du transport et de la distribution.

Au terme de ce projet d’envergure, une nouvelle étape commence. Comme le rappelle Thierry Jouenne : "Tout commence où devrait commencer par la mesure des performances. C’est ainsi qu’un nouveau chantier s’ouvre pour tous les acteurs de la supply chain qui disposent désormais d’un socle commun pour améliorer ensemble l’efficacité éco-logistique de la chaîne de valeur". Et Christian Millet de compléter : "Les prochaines étapes sont l’inauguration officielle de Supply Chain Meter et la poursuite des travaux par des groupes de travail et des benchmarks sectoriels pour aller plus loin".
A la une
Supply Chain Meter®
SUPPLY CHAIN METER - retour à l'accueil du site